Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Marie-Louise Martin (1920-2007) - Enfance

Tous les textes de cette couleur contiennent un lien vers une autre page, interne ou externe. Pour y accéder, il suffit de cliquer sur le texte.

Marie-Louise, 1925

Marie-Louise est née en 1920, fille de Joséphine Georges et Eugène Martin. En 1921/1922 Joséphine, sa mère, a disparu. Je dis bien "disparu". Elle n'est pas morte, elle a disparu de la maison, disparu de la vie de Marie-Louise. La petite fille est alors élevée par Eugène, son père, et sa sœur Jeanne qui a environ 15 ans. Joséphine devient un sujet tabou. Personne n'en parle. Les liens qui pouvaient exister avec la famille de Joséphine s'évanouissent. Ce silence durera toute la vie de Marie-Louise. Il ne prendra fin que lorsqu'elle aura plus de 75 ans.

Il n'est pas besoin de développer de grandes théories psycho-quelque-chose pour comprendre que ce moment marque Marie-Louise à vie. Sous une apparence de solidité, d'assurance, de "gouaille", il y avait toujours la petite fille abandonnée par sa mère. Pour nous ses filles, Joséphine était morte alors que Marie-Louise était bébé. C'était triste, mais pour nous Joséphine était "quelque part". Marie-Louise, elle, ne savait pas où était sa mère.

 

 

 

En 1925, Eugéne se remarie avec Marie Deschopina. Marie est veuve et mère de plusieurs enfants. Dans mon souvenir, c'est une petite femme, aux cheveux d'un blanc immaculé. Elle portait souvent un châle court réalisé au crochet, de couleur mauve pâle, fermé par un bouton. Elle sentait bon. Marie, je ne le connais que sous un nom : "la grand-mère Martin". Jamais je n'ai entendu quelqu'un l'appeler autrement. Pas de "Mémé", "Mémère", non, "la grand-mère Martin".

 

Eugène et Marie, juillet 1938

 

 

Avant de poursuivre, je vais être claire : Marie n'a jamais maltraité physiquement Marie-Louise. Elle l'a malmenée, lui rendant la vie difficile, insinuant en elle l'idée qu'elle ne valait pas grand-chose, n'était pas vraiment digne d'intérêt. Je ne pense pas que Marie était "méchante". Je n'ai aucun souvenir dans ce sens envers nous, les filles de Marie-Louise. Pas de signes non plus d'une attention particulière, plutôt de l'indifférence. 

Une scène me revient en mémoire. La grand-mère Martin doit venir prendre le café à la maison. Je revois ma mère fébrile, stressée, s'acharnant au ménage, pour que tout soit propre. Elle nous donne des consignes : être polies, ne pas faire de bêtises, ne pas salir nos robes. Je me souviens de cet après-midi de tension. Et si mon souvenir est aussi ancré, c'est parce que je ne reconnais pas ma mère. Ce n'est pas "elle", bonne ménagère, mais pas une acharnée du ménage ; elle qui n'a jamais sa langue dans sa poche, elle si prompte à rire, à plaisanter...

Je mettrais longtemps à comprendre la situation, Marie-Louise ne se livrera qu'à travers de petites phrases, de petites allusions, de loin en loin... Marie-Louise, qui pouvait être extravertie, mais tellement pudique quand il s'agissait de ses sentiments. Il est certain que je n'ai jamais considéré la grand-mère Martin comme une grand-mère. J'ai d'ailleurs l'habitude de dire que je ne sais pas ce qu'est "une grand-mère" : Joséphine, ma grand-mère maternelle ayant disparu depuis longtemps, et Marie-Thérèse, ma grand-mère paternelle étant décédée en 1940.

Et des années plus tard, j'arrive comme un chien dans un jeu de quilles. Marie-Louise a environ 75 ans

- J'ai trouvé la date du mariage de tes parents, Joséphine et Eugène. Il se sont mariés en 1910. J'ai compris pourquoi j'avais du mal à le trouver. Je ne cherchais pas à la bonne date. Quand ils se sont mariés, ils avaient déjà eu trois enfants, et...

- Quoi ? C'est pas possible !

- Regarde : l'acte de mariage, les actes de naissance de ...

- Alors là ! Alors là ! Avec la vie qu'ils m'ont fait mener : pas le droit de sortir, pas le droit de fréquenter des garçons, pas question de mariage avant 21 ans !

Elle est vraiment en colère.

- Mais tu sais, ils ne perdent rien pour attendre. Ils vont m'entendre, alors là oui, ils vont m'entendre quand je les verrais là-haut !

Plus tard, je comprendrais qu'elle confond le couple Eugène-Joséphine (son père et sa mère dont je parle), et Eugène-Marie (son père et sa belle-mère). Mais inutile d'en rajouter ! D'autant plus qu'à l'époque je n'avais pas mené de recherches sur Marie Deschopina, qui, elle aussi, s'est mariée alors qu'elle avait déjà trois enfants.

Quelques mois plus tard, j'ai fait pire !

- J'ai trouvé l'acte de décès de Joséphine, ta mère.

- C'est vrai ? Elle est morte quand ?

- Le 25 juillet 1923, à l'Hôpital de la Pitié, à Paris.

Marie-Louise pleure. Je suis pétrifiée.

- Mais... tu savais qu'elle était morte.

- Non, je ne le savais pas. Ils ne m'ont jamais rien dit, jamais ! Mon père ne m'a jamais rien dit. Même Jeanne, même Georges, même Fernand ! Pourtant ils devaient savoir, eux ! Rien, ils ne m'ont jamais rien dit. Et tu sais quoi... Toute ma vie, toute ma vie je l'ai cherchée. Depuis toujours, dans la rue, je regarde les femmes qui pourraient avoir son âge, et je me dis : "C'est peut-être elle".

Plus tard, Marie-Louise m'a dit avoir eu une grande conversation avec Jeanne, sa sœur aînée. Qui enfin, 75 ans plus tard, lui a expliqué ce qu'il s'était passé, pourquoi Joséphine avait disparu du jour au lendemain.

A propos de la photo : c'est le seule photo de Marie-Louise enfant. Elle est datée de 1925. Je pense qu'elle a pu être prise le jour du mariage de son père Eugène avec Marie Deschopina.

Rencontre Voir
En famille Voir
Titi de banlieue Voir
Enfance -
La Filature Voir
Marie-Louise et André Voir
Taularde ! Voir
Les Papiers Peints Voir
Aloys et ses copains Voir
Poème Voir
La fin de l'histoire Voir
Et aussi
67 avenue Guynemer, Marthe Richard et la lampe à pétrole Voir

Tout, tout, tout sur ce blog, en cliquant sur ce texte

Si vous souhaitez partager vos propres réalisations : textes, vidéos, graphismes, BD, podcasts, livres photos et autres... vous pouvez les partager sur le groupe Facebook que j'ai créé à cet effet. Sur ce groupe, vous pouvez aussi lire des articles d'autres auteurs. Il s'agit d'un groupe privé, il faut donc s'y abonner. Vous pouvez toujours - abonné(e) ou pas - prendre connaissance des objectifs de ce groupe en lisant le texte de présentation.

Raconter sa généalogie

Vous pouvez aussi retrouver mes articles sur ma page Facebook, qui fonctionne comme un site "miroir" de ce blog (page en accès libre).

desancetresetdesactes

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article