Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi ne se sont-ils jamais mariés ?

Tous les textes de cette couleur contiennent un lien vers une autre page, interne ou externe. Pour y accéder, il suffit de cliquer sur le texte.

undefined
[clic]

Joannes Franciscus - ou Jean François - Scheurwegh naît le 14 mai 1831 à Antwerpen (Anvers, Belgique), fils de Joannes Petrus  et Anna Maria Van Trier. Il quitte sa ville natale après le 23 avril 1857, jour où il est témoin au mariage de son frère Josephus qui épouse Maria Marien. On le retrouve au Havre en 1863. Jean François décède le 11 novembre 1877 à Saint-Ouen (93, Seine-Saint-Denis). Il avait 46 ans.

 

Catharina - ou Catherine - Nehlig naît le 19 mai 1842 à Dehlingen (67, Bas-Rhin), fille de Jean et Catherine Nehlig. Elle quitte Dehlingen pour Le Havre avec sa famille, entre 1850 et 1854. Catherine décède le 10 janvier 1931 à Paris. Elle avait 88 ans.

 

 

 

Le 6 septembre 1863, naît au Havre (76, Seine-Maritime), Louise, leur premier enfant.

Pourquoi Le Havre ?

La première idée qui vient à l'esprit c'est : pour partir vers l'Amérique. Possible pour Catherine qui arrive au Havre avec ses parents et ses frères et sœurs.

Très peu probable pour Jean-François. Originaire d'Anvers, Jean-François n'avait pas besoin de faire ce voyage. Il lui suffisait de prendre un bateau à … Anvers ! En 1857, il est pâtissier ou confiseur à Anvers.

En 1863, il est ouvrier raffineur de sucre au Havre. En 1852, J. P. Gevers, négociant à Anvers, crée une raffinerie de sucre au Havre, fabriquant 5 à 7000 tonnes par an et employant 100 à 120 ouvriers avant 1860. En 1859, l'entreprise est rachetée par la société Haentjens et Cie qui en fait la raffinerie la plus moderne du Havre, passant de 8000 tonnes par an en 1859 à 18 000 tonnes en 1869.

Aucune certitude, bien entendu. Mais … on peut penser que Jean François est venu au Havre pour travailler dans cette entreprise.

En 1855, le père de Catherine, Johann Nicolaus Nehlig est ouvrier raffineur de sucre au Havre, de même que plusieurs de ses cousins. La rencontre entre Jean François et Catherine est donc fortement liée … au sucre !

Jean François Scheurwegh et Catherine Nehlig

Six enfants naissent entre 1863 et 1873, fils et filles Jean-François Scheurwegh et Catherine Nehlig

  • 6 septembre 1863 : Louise Henriette naît au Havre (76)
  • 20 septembre 1865 : Lucie Françoise naît à Paris (19è)
  • 27 janvier 1868 : Caroline Christine naît à Paris (19è)
  • 26 septembre 1870 : François Joseph naît à Paris (19è)
  • 23 juillet 1873 : Albert Nicolas naît à Paris (19è)
  • 21 octobre 1876 : Marie Thérèse naît à Saint-Ouen (93)

Chacune des six naissances est déclarée par Jean-François. Tous les enfants portent le nom de Scheurwegh. Sur chaque acte de naissance, il est précisé que les parents de l'enfant ne sont pas mariés.

Jean-François décède à Saint-Ouen (93, France), le 11 novembre 1877. Sur son acte de décès, il est précisé qu'il est "célibataire".

Catherine se marie le 25 avril 1889 à Saint Ouen (93, France) avec Georges Walter. Sur l'acte de mariage, il est précisé que Georges est veuf, et l'acte de décès de sa première femme est mentionné. Rien n'est indiqué concernant Catherine.

Pourquoi Jean-François et Catherine ne se sont-ils jamais mariés ?

J'ai suivi plusieurs pistes.

La piste religieuse : c'est celle qui est restée dans "la légende familiale". Jean François est catholique et Catherine protestante et donc ils ne pouvaient pas se marier. J'ai rencontré des généalogistes protestants : pour eux, dans les années 1860/1870, rien n'empêchait un mariage civil entre un catholique et une protestante. D'autre part, Louise Nehlig, sœur de Catherine, a épousé successivement deux normands catholiques.

La piste du service militaire : si Jean François avait "sauté" la case "Service Militaire" en Belgique, il ne pouvait pas obtenir les papiers nécessaires à son mariage en France. Mais le Service Militaire n'a été obligatoire en Belgique qu'à partir de 1909. Auparavant, il existait un système de tirage au sort. Jean-François est à Anvers en 1857, il a alors 26 ans. S'il n'avait pas effectué ce tirage au sort, il y a fort à parier que la Police et/ou les services de l'Armée l'auraient retrouvé facilement.

La piste de l'usurpation d'identité : un homme a pris l'identité de Jean François Scheurwegh et donc ne pouvait pas demander les documents nécessaires pour un mariage. Mais dans ce cas-là, le "vrai" Jean François aurait continué à vivre : mariage, enfant(s), décès … Or on ne trouve rien dans l'Etat civil qui viendrait appuyer cette thèse.

La piste d'un premier mariage : si Jean François est déjà marié, il ne peut contracter un second mariage. Mais toutes les recherches menées dans l'Etat civil de la province flamande d'Anvers ne débouchent sur rien. De même que les recherches menées dans la province wallonne.

Les recherches entreprises

Les recherches dans les registres de l'Etat civil d'Anvers, en néerlandais, ont été réalisées par un correspondant que je remercie de tout cœur. Il ne souhaite pas que je cite son nom, donc, je lui dis simplement : Merci Pierre !

Il a recherché tous les actes de mariage et de décès entre 1831 et 1900 pour Jean-Joannes et/ou François-Franciscus Scheurwegh (+ variantes du nom), mais sans résultat. De même la recherche d'un acte de naissance d'un enfant de Jean-François entre 1849 (année de ses 18 ans) et 1863 année de naissance au Havre de sa fille Louise n'a rien donné. La recherche de Jean-François comme témoin n'a donné qu'un résultat : le mariage de son frère Josephus en 1857, à Anvers.

Ces recherches ont permis de retrouver la trace de plus de 330 Scheurweg(h)(s) - Schuerweg(h)(s) - Shureweg(h)(s) - Scheurwegen(s).

Les autres recherches : actes répertoriés par Geniwal, Expoactes, Familysearch, Geneanet, Bigenet, Geneabank… Tables décennales (mariages et naissances) 1853-1862 du Havre (76), et des anciennes communes aujourd'hui rattachées au Havre

Aucun acte ne fait état d'un premier mariage de Jean (Joannes) François (Franciscus) Scheurwegh. Mais entre 1857 (Anvers) et 1863 (Le Havre),  que s'est-il passé ? Le fait de ne pas avoir trouvé la trace d'un mariage ne prouve pas qu'il n'y a pas eu mariage !


Qu'en conclure ?

Rien !

La question reste posée :

Pourquoi Jean-François et Catherine ne se sont-ils jamais mariés ?
 

Et si la réponse était tout simplement : parce qu'ils ne le voulaient pas ! Le temps passant, c'est la réponse qui me paraît la plus logique. Jusqu'à ce qu'un jour, peut-être, un nouvel élément vienne donner une autre piste.

Jean François Scheurwegh et Catherine Nehlig sont les arrière-arrière-grands-parents maternels d'Arsène Fournier, notre Sosa n°1, ses Sosa 26 et 27.

Alsace, Lorraine : Emigrer Voir
Des Alsaciens arrivés en Normandie Voir
Johann Nicolaus et Catharina Nehlig Voir
Les descendants de Louis Bouchaud et Marie-Thérèse Scheurwegh Voir
Catharina Nehlig (1842-1931) Voir

Tout, tout, tout sur ce blog, en cliquant sur ce texte

Si vous souhaitez partager vos propres réalisations : textes, vidéos, graphismes, BD, podcasts, livres photos et autres... vous pouvez les partager sur le groupe Facebook que j'ai créé à cet effet. Sur ce groupe, vous pouvez aussi lire des articles d'autres auteurs. Il s'agit d'un groupe privé, il faut donc s'y abonner. Vous pouvez toujours - abonné(e) ou pas - prendre connaissance des objectifs de ce groupe en lisant le texte de présentation.

Raconter sa généalogie

Vous pouvez aussi retrouver mes articles sur ma page Facebook, qui fonctionne comme un site "miroir" de ce blog (page en accès libre).

desancetresetdesactes

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article