Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Robert Isaac et Marie(s) Platel, mariés en 1651

Ce jour-là, Robert et Marie...

Tous les textes de cette couleur contiennent un lien vers une autre page, interne ou externe. Pour y accéder, il suffit de cliquer sur le texte.

undefined
[clic]

 

Je suis partie confiante. Je m'approchais de Robert Isaac et Marie Platel, qui se sont mariés le 4 février 1651, il y a 371 ans, à Saint-Symphorien (27, Eure).

Et est arrivé le grain de sable. Dans la même paroisse, le 9 juillet 1655, se sont mariés... Robert Isaac et Marie Platel ! Oups ! 

 

Il m'arrive de me plaindre de ne pas trouver un acte de mariage. Mais en trouver deux pour le même couple, ce n'est pas mieux !

Le premier acte, en date du 4 février 1651 (1er acte page droite), est basique : date, nom des mariés, et rien d'autre.

Robert Isaac et Marie(s) Platel, mariés en 1651

Le second acte, daté du 9 juillet 1655 (3ème acte page gauche), bien que toujours non filiatif, est plus explicite :

Robert Isaac et Marie(s) Platel, mariés en 1651

Le mariage a donné lieu à une dispense accordée par la "Cour de Rome". L'objet de la dispense n'est pas indiqué. A partir de là, deux hypothèses apparaissent pour le mariage de 1655 :

  • Le mariage de 1655 est une réhabilitation du mariage de 1651, auquel il manquait la dispense accordée en 1655. Dans ce cas, le plus souvent, la mention de la réhabilitation du mariage est notée. Il n'y a rien dans ce sens dans l'acte de 1655
  • Le marié est bien le même. Robert Isaac, sans être un patronyme totalement "hors norme", reste assez significatif. Mais la mariée est "une autre" Marie Platel. Un lien de parenté fort entre Robert et Marie, ou entre les deux épouses pourrait expliquer la nécessité de la dispense accordée par Rome.

Je suis restée la dernière hypothèse : Robert Isaac a épousé Marie Platel-1 en 1651, et Marie Platel-2 en 1655.

Les deux premiers enfants que j'ai retrouvés, Richard et Catherine, sont les enfants de Marie Platel-1 et le dernier fils, Robert, est le fils de Marie Platel-2.

Peut-être... ou peut-être pas... Une énigme qui ne sera sans doute jamais résolue.

Robert et Marie sont nos Sosa 2266 et 2267. Catherine est notre Sosa 1133.

Robert Isaac et Marie(s) Platel, mariés en 1651

Où vivaient-il ?

Saint-Symphorien est un petit village tranquille de l'Eure (27), en Normandie. Un peu à l'écart de tout, un peu oublié.

Robert Isaac et Marie(s) Platel, mariés en 1651

Mais il possède un if séculaire. J'aime l'idée que Robert, Marie (s) et leurs enfants l'ont peut-être connu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source des photos

Retour Sommaire

Brins d'histoire

[clic sur la frise pour mieux la lire]

[clic sur la frise pour mieux la lire]

La Normandie est rattachée depuis plusieurs siècles au Royaume de France. C'est une province calme.

Pourtant, derrière ce calme apparent règne le mécontentement qui va parfois jusqu'au soulèvement. Ce ne sont pas les seigneurs locaux qui s'attirent la colère du peuple, mais les représentants du Roi qui collectent l'impôt.

 

1639 : la Révolte des Va Nu-pieds

Dans les années 1630, les paysans normands connaissent des conditions de vie très difficiles, notamment à cause de la peste et de sécheresses fréquentes. Louis XIII, qui est en guerre à travers l’Europe, cherche à accroître les revenus du royaume, et augmente la pression fiscale. En 1639, les Normands apprennent qu’ils vont désormais devoir payer la gabelle, impôt sur le sel dont ils étaient jusque-là dispensés. Des soulèvements sont déclenchés par des travailleurs modestes, surnommés les Va Nu‑pieds. Les troubles gagnent progressivement toute la région.

La révolte est d'abord passive. Certaines paroisses refusent de recenser leurs habitants, d'autres refusent de nommer des collecteurs d'impôt. 

Les seigneurs locaux s'offusquent de la volonté du pouvoir royal de bafouer leur droit à établir et lever un impôt local. L'aristocratie tente tout pour conserver son pouvoir local, et refuser le pouvoir royal.

Robert Isaac et Marie(s) Platel, mariés en 1651

La répression de la révolte


"Le colonel Gassion fut commandé de prendre les meilleures troupes de l’armée de Picardie, et s’avancer pour dissiper ces factions, châtier leurs auteurs et remettre au devoir les villes qui fomenteraient la rébellion. [...] [À Avranches] Quatre de leurs principaux chefs se trouvèrent au nombre des morts, lesquels étaient de trois cents et plus, celui des prisonniers un peu moindre, les autres cherchèrent à se sauver par la fuite ; mais étant tombés entre les mains du sieur de Tourville qui était de l’autre côté d’Avranches avec soixante chevaux, il les chargea si vivement qu’après en avoir tué plus de la moitié, il contraignit le reste à se jeter dans l’eau ou plusieurs furent noyés. [...]

Si tôt que le combat donné aux portes d’Avranches fut terminé par la mort ou la prise des principaux auteurs de la sédition, le colonel Gassion désarma les habitants d’Avranches, et fit marcher ses troupes vers Rouen comme à la seule ville qu’il fallait avoir pour remettre en devoir toutes les autres de la province."

Le Mercure Français, tome XXIII, 1639.

Voir le site d'où le texte provient

La chanson des Va Nu-Pieds

En 1639, plusieurs chansons comme celle-ci circulent en Normandie.

À la Normandie.

Mon cher pays, tu n’en peux plus ;
Que t’a servi d’être fidèle ?
Pour tant de services rendus,
On te veut bailler la gabelle.
Est-ce le loyer attendu
Pour avoir si bien défendu
La Couronne des Rois de France ?
[...]
Jean Nu-pieds est votre suppôt,
Il vengera votre querelle,
Vous affranchissant des impôts,
Il fera lever la gabelle,
Et nous ôtera tous ces gens
Qui s’enrichissent aux dépens
De vos biens et de la patrie.
C’est lui que Dieu a envoyé
Pour mettre en Normandie
Une parfaite liberté.

Jean Nu-pieds : peut-être le surnom d'un chef de la révolte, ou un nom générique pour plusieurs personnes.

Voir le site d'où le texte provient

Robert et Marie ont-ils connu cette révolte ? Ils vivaient assez loin des principaux foyers de soulèvement. Mais ils en ont certainement eu les échos. Les nouvelles circulaient bien plus que ce qu'on peut penser aujourd'hui, et Rouen a toujours été une ville importante pour les normands.

Retour Sommaire

Les défis d'écriture

Tout, tout, tout sur ce blog, en cliquant sur ce texte

Si vous souhaitez partager vos propres réalisations : textes, vidéos, graphismes, BD, podcasts, livres photos et autres... vous pouvez les partager sur le groupe Facebook que j'ai créé à cet effet. Sur ce groupe, vous pouvez aussi lire des articles d'autres auteurs. Il s'agit d'un groupe privé, il faut donc s'y abonner. Vous pouvez toujours - abonné(e) ou pas - prendre connaissance des objectifs de ce groupe en lisant le texte de présentation.

Raconter sa généalogie

Vous pouvez aussi retrouver mes articles sur ma page Facebook, qui fonctionne comme un site "miroir" de ce blog (page en accès libre).

desancetresetdesactes

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article