Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Saint-Benoît d'Hébertot (7) : Louis Charles de Grieu (1755-1836)

Cet article a été écrit par un ami, il y a une vingtaine d'années. J'avoue qu'à l'époque j'y avais porté une attention limitée. En le retravaillant aujourd'hui, je le vois sous un angle différent. Il retrace le parcours d'un homme d'Eglise, issu d'une famille noble, sans conteste, mais peu fortunée. Un homme qui manque peut-être d'un peu d'envergure, mais qui n'émigre pas. Il réussira à traverser la Révolution, le première République, le Premier Empire et la Restauration, tout en gardant sa tête sur ses épaules. Ce qui, pour l'époque, n'est pas un mince exploit !

Tous les textes de cette couleur contiennent un lien vers une autre page, interne ou externe. Pour y accéder, il suffit de cliquer sur le texte.

undefined
[clic]

Un Bénédictin député aux Etats généraux de 1789

Par Guillaume Tiphagne-Rebours

1 - La famille de Grieu

Louis Charles de Grieu est né à Saint Benoit d'Hébertôt le 21 septembre 1755 (3ème acte page droite) . Il est le fils de Charles de Grieu, écuyer (voir la définition) sieur de Montval et de Catherine Porée. Le lendemain, il est baptisé en notre église. Il a pour parrain Charles Alexandre comte de Cormeilles et pour marraine dame Madeleine Françoise Porrée.

La famille de Grieu est établie depuis longtemps en Normandie; en effet, en 1484 devant le tabellion (voir la définition) de Bernay est passé un contrat de mariage entre Guillaume de Malherbe, écuyer, seigneur de Bouillon et d'Ecorcheboeuf, et une demoiselle de Grieu, fille de Gabriel de Grieu, écuyer, seigneur de Saint-Aubin-le-Vertueux et de dame Catherine Bellanger. Au XVIème siècle, Pierre de Grieu est lieutenant général (voir la définition) de l'élection (voir la définition) de Pont-Audemer. La famille de Grieu se divise au XVIIème siècle en plusieurs branches dont celle des sieurs de Launay, à laquelle appartient Louis Charles de Grieu, qui s'installe au Theil-Nollent en 1634.

 

Charles de Grieu, le grand-père de Louis Charles est mentionné en 1729 dans les registres paroissiaux de Saint-Gatien-des-Bois comme étant un ancien capitaine de carabiniers et chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis.

Le 14 novembre 1750, au Theil-Nollent (27, Eure), il y a dispense de ban pour le mariage de Charles de Grieu, écuyer, seigneur de Montval, veuf de Marie Viard, fils de Charles de Grieu, écuyer, du Theil-Nollent et de demoiselle Marie Le Hautier de la paroisse de Saint-Benoit d'Hébertôt; et de Marie Charlotte Porée, fille de feu Jacques Porée et de Magdeleine Thérèse Le Coudier de la paroisse des Authieux-sur-Calonne. Le 30 décembre 1759 (1er acte page gauche, très abîmé), Marie Charlotte Porée décède à Saint-Benoit d'Hébertot et elle est inhumée dans le chœur de l'église de Saint-Benoit.

Louis Charles de Grieu a une sœur dont nous n'avons pas retrouvé l'acte de baptême, mais nous la connaissons par son acte de mariage. La demoiselle Marie Louise Julie de Grieu épouse le 3 juillet 1775 (dernier acte page droite) à Saint-Benoit d'Hébertôt Amand Elie François de Miré, fils de feu François Jacques de Miré, écuyer et de noble dame Marie Anne Marguerite Apparoc, dame de Sainte Marie du Theil, demeurant à Canapville.

Nous n'avons pas retrouvé l'acte de décès de Charles de Grieu, mais il semble être décédé peu après la naissance de ses deux enfants. En effet, il est fait mention d'une curatelle pour la demoiselle de Grieu, exercée par Charles Gabriel Adrien François de Sandret. La famille de Sandret est très liée à celle des de Grieu puisqu'en 1618, François de Grieu, écuyer, sieur de Saint-Gilles, épouse Marguerite de Sandret, fille de Hélie de Sandret, écuyer, sieur de Trianon. Louis Charles de Grieu descend de cette union et possède la terre de Grieu à Saint-Benoit d'Hébertôt détachée de celle de Trianon lors du mariage de 1618. Lors du baptême d'Antoine de Grieu, l'oncle paternel de Louis Charles, la demoiselle Catherine Françoise de Sandret est choisie pour être la marraine de l'enfant.
 

Retour Sommaire

2 - Louis Charles de Grieu : un homme d'église

Les débuts de la vie de Louis Charles de Grieu restent flous. Il perd de bonne heure ses deux parents. Il est alors élevé par l'abbé de la Roquette, et est placé sous la curatelle de Monsieur de Sandret. Il semble commencer une carrière militaire comme officier d'infanterie, mais il quitte les armes en 1779 pour devenir un homme d'église. Nous ne pouvons pas expliquer ce changement d'orientation, peut-être manque-t-il d'argent pour pouvoir s'acheter une charge d'officier plus intéressante.

Louis Charles de Grieu choisit la carrière ecclésiastique, il est élevé par l'abbé de la Roquette. Le 20 mars 1779 (article 311) Louis Charles de Grieu reçoit la tonsure à Lisieux (voir la définition). Le 26 juin 1779 (article 13) , Henri Emmanuel Raymond de la Roquette, prieur commendataire (voir la définition) du prieuré simple et régulier de Saint-Hymer-en-Auge résigne son prieuré en faveur de Louis Charles de Grieu. L'abbé de la Roquette avait pris possession du prieuré de Saint-Hymer-en-Auge en 1717. L'abbé se réserve toutefois une pension d'une valeur de 2 857 livres, 2 sous et 9 deniers, ainsi qu'un logement dans la maison prieurale comprenant les pièces qui sont au-dessus de l'église et de la bibliothèque avec la cuisine et quelques chambres de domestiques. Louis Charles de Grieu reçoit de la cour de Rome ses lettres de provision (voir la définition) en bénéfice le 12 juillet 1779 et l'Evêque de Lisieux donne son visa aux dites lettres de provisions, donné au château des Loges le 12 octobre 1779. Louis Charles de Grieu prend possession du prieuré le 14 octobre 1779.

En 1787, Louis Charles de Grieu est ordonné prêtre et il demeure toujours au prieuré de Saint-Hymer. L'abbé de la Roquette réside ensuite à Paris, dans le Marais, rue Portefour; quand celui-ci décède, il fait de Charles Louis de Grieu son exécuteur testamentaire :

"La résignation du prieuré de Saint-Hymer que j'ai faite à monsieur l'abbé de Grieu m'engage à le choisir pour exécuteur testamentaire et à lui léguer une partie des biens qui se trouvent m'appartenir et dont je fais une disposition particulière en faveur des pauvres…; m'étant vu depuis parvenu à l'âge de quatre vingt ans, je pris le parti en 1779 de désigner le prieuré de Saint Hymer à M. l'abbé de Grieu que j'avais élevé et dont je connaissais les bonnes dispositions et le mérite. Je crus devoir prendre le parti pour empêcher, autant qu'il était en moi, que le prieuré que j'avais rétabli ne se trouvât dans le déplorable état où je l'avais trouvé lorsque j'en avais pris possession."

Retour Sommaire

3 - Un bref passage sur la scène politique nationale.

Le 24 avril 1789, Louis Charles de Grieu est élu député du clergé par le bailliage de Rouen (voir la définition) pour les Etats généraux. La paroisse de Saint Benoit d'Hébertot faisait alors partie du grand bailliage de Rouen. Nous ne savons rien sur son rôle de Parlementaire, et nous ne savons même pas s'il a rejoint l'Assemblée nationale ensuite.

Louis Charles de Grieu retourne très rapidement à la vie privée, il est devenu le dernier prieur commendataire du prieuré de Saint-Hymer, la Révolution mettant fin au clergé régulier. En 1792, il refuse de prêter le serment constitutionnel, ainsi que celui de «haine à la royauté et à l'anarchie.» Pendant toute la durée de la Révolution, il reste à Saint-Hymer où il n'exerce aucune fonction ecclésiastique et où il cherche à se faire oublier étant à la fois noble et prêtre insermenté. Il devient après la Révolution chanoine de Lisieux.

Louis Charles de Grieu n'est pas un homme fortuné, il ne bénéfice plus des revenus que lui procurait le prieuré, en 1810, ses revenus sont estimés par l'administration préfectorale du Calvados à deux mille cinq francs. En 1814, ses revenus ont augmenté, ils s'élèvent à quatre ou cinq mille francs, puis ils baissent, puisqu'en 1819, ses revenus sont estimés à trois milles francs. Il vit de ses biens fonciers, en 1820, Louis Charles de Grieu paye 402,41 francs de contributions foncières pour ses biens à Saint-Hymer. En 1826, il paye 316,01 francs.

Sous l'Empire Louis Charles de Grieu est régulièrement nommé président du collège électoral de l'arrondissement de Pont l'Evêque. Il est nommé président pour la première fois en l'an XII. Sans être quelqu'un de très important, l'abbé de Grieu est un président apprécié par l'administration départementale : "homme d'esprit, son isolement comme célibataire et son peu de fortune lui donnent peu de consistance. Point de plainte sur sa dernière présidence." En 1810, il est toujours président du collège électoral de l'arrondissement, puis il est remplacé par Joseph Labbey.

Après avoir participé à la vie politique nationale, bien que de manière obscure, il participe ensuite à la vie politique locale. Nous venons de voir qu'il est régulièrement sous l'Empire, président du collège électoral de l'arrondissement de Pont l'Evêque; il devient à partir de l'an IX membre du conseil d'arrondissement de Pont l'Evêque. A un moment que nous ne connaissons pas, l'abbé de Grieu quitte le conseil d'arrondissement, il est remplacé par Dillois qui donne sa démission en 1814. L'abbé de Grieu est à nouveau membre du conseil d'arrondissement, il est nommé par une ordonnance royale datée du 4 novembre 1814 conseiller d'arrondissement pour Pont l'Evêque. Lors des Cents-Jours et de la Seconde Restauration, il est conservé par l'administration comme conseiller d'arrondissement. En 1819, l'abbé de Grieu est devenu président du Conseil d'arrondissement de Pont l'Evêque. Le 26 septembre 1821, Louis Charles de Grieu donne sa démission de ses fonctions publiques par une lettre adressée au Sous-préfet de Pont l'Evêque.

Louis Charles de Grieu décède à Saint-Hymer-en-Auge le 24 mars 1836 (1er acte page droite), à l'âge de 81 ans. Il est inhumé dans le cimetière de Saint-Hymer, tout près de l'entrée de l'église

Retour Sommaire

4 - Lexique

  • Bailliage : ancienne division administrative et judiciaire sous l'Ancien Régime. La paroisse de Saint Benoit d'Hébertot appartenait au grand-bailliage de Rouen et au bailliage secondaire de Pont l'Evêque. Retour texte
  • Ecuyer : quand ce titre est utilisé dans un acte de baptême, de mariage ou de sépulture, il indique la noblesse de la personne, quelque soit son rang dans la noblesse. Il est de même pour "demoiselle" et "dame". Retour texte
  • Election : c'est une circonscription financière sous l'Ancien Régime, administrée par des élus chargés de la répartition de la taille et des aides, impôts de l'époque. Retour texte
  • Lettre de provision en bénéfice : elle donne à celui qui exerce une fonction ecclésiastique, un patrimoine pour subvenir à ses besoins. Retour texte
  • Lieutenant général : officier de justice dans un bailliage. Retour texte
  • Prieur commendataire : il dirige le prieuré et en reçoit les revenus. Retour texte
  • Tabellion : officier dont le rôle était de délivré les grosses des actes reçus en minutes par les notaires.
  • Tonsure : cérémonie liturgique, en présence de l'évêque, marquant l'entrée d'un laïc dans la cléricature. Retour texte

Retour Sommaire

5 - Vues du Pieuré

[clic pour voir le site d'où l'image provient] Le Prieuré de Saint-Hymer

[clic pour voir le site d'où l'image provient] Le Prieuré de Saint-Hymer

6 - Les protagonistes

 

Retour Sommaire

Les vitraux du Prieuré de Saint-Hymer : 

Un texte paru dans la Revue Généalogique Normande en 2009, numéro 112.

Note : en cliquant sur "Télécharger", vous ne téléchargez pas le pdf sur votre ordinateur, mais vous l'ouvrez dans votre navigateur.

Tout, tout, tout sur ce blog, en cliquant sur ce texte

Si vous souhaitez partager vos propres réalisations : textes, vidéos, graphismes, BD, podcasts, livres photos et autres... vous pouvez les partager sur le groupe Facebook que j'ai créé à cet effet. Sur ce groupe, vous pouvez aussi lire des articles d'autres auteurs. Il s'agit d'un groupe privé, il faut donc s'y abonner. Vous pouvez toujours - abonné(e) ou pas - prendre connaissance des objectifs de ce groupe en lisant le texte de présentation.

Raconter sa généalogie

Vous pouvez aussi retrouver mes articles sur ma page Facebook, qui fonctionne comme un site "miroir" de ce blog (page en accès libre).

desancetresetdesactes

%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article